Espace Dridjo
A l’ecole du management 1

Les styles de management

jeudi 17 juillet 2008 par Jocelyn

Sachant que le PMI préconise l’idéal dans la conduite de projet ; l’expérience montre souvent que les styles de management sont adoptés instinctivement plutôt en fonction du caractère du manager nonobstant la situation dans laquelle évolue le projet ou l’entreprise. Avant tout un petit rappel des styles de management tels que défini par le PMI

Selon le PMI (Project Management Institute) il existe une dizaine de styles de management différents qu’un bon leader se doit d’utiliser à bon escient en fonction de l’environnement, de son équipe, etc…
Sachant que le PMI préconise l’idéal dans la conduite de projet, l’expérience montre souvent que les styles de management sont adoptés instinctivement plutôt en fonction du caractère du manager nonobstant la situation dans laquelle évolue le projet ou l’entreprise. Avant tout un petit rappel des styles de management tels que définis par le PMI :

 Autoritaire (autoritariant) ; très directif.
 Combatif (combative) ; tendance au « conflit constructeur »
 Conciliateur (conciliatory) ; joue l’apaisement en toute circonstance
 Perturbateur (disruptive) ; crée le « désordre » afin de générer des points de vues différents
 Ethique (ethical) ; toujours à la recherche de la solution la plus morale
 Facilitateur (facilitating) ; aide et protège son équipe dans son travail et de l’exterieur
 Intimidateur (intimidating) ; parfois même menaçant
 Judiciaire (Judicial) ; juge après une profonde réflexion basé souvent sur une longue expérience.
 Promotionnel (Promotional) ; motivateur, inspirateur de l’équipe qu’il pousse à la réussite.
 Secret (Secretive) ; cache certaines informations à livrer à l’équipe en fonction de l’évolution du projet

Il va sans dire que chaque manager utilise plus ou moins tous ces styles de management. Il est pourtant amusant de tirer un parallèle entre un certain nombre de trait de caractère caractéristique des managers et ceux caractéristique du style de management qu’ils auront tendance à adopter, avec les avantages et les inconvénients qui en résultent.

Le rigoureux exemplaire
Ce manager est en général très méticuleux, limite maniaque. Son attitude parfois pète-sec peut donner l’impression d’une personne froide et distante. Il n’hésite pas à mettre la main à la patte quand il donne une instruction et à donner l’exemple en travaillant avec son équipe parfois sur ce qui serait considéré comme des basses besognes.
Il a un gros penchant pour le style autoritaire, direct et va souvent droit au but afin que le travail soit fait ; et use aussi du style “combatif” qui lui donne une image très dynamique.

Avantage : il a l’assentiment de son équipe du fait qu’il donne souvent de lui-même. Il va être aussi exigeant avec lui-même qu’avec les autres qui seront d’autant plus contraint d’adhérer car « si le boss lui-même fait le boulot je ne peut pas en faire moins ».

Risque : Ce type de manager a souvent un niveau d’exigence très élevé et ne peut en concéder moins à ses employés ou à son équipe ; oubliant souvent que ceux-ci n’ont ni le même niveau de responsabilité, ni même de rémunération (le plus souvent). Il aura donc parfois tendance à « tirer » un peu trop sur la corde.

Conseil : Adoucir sa tendance autoritaire par un grand usage du “style Promotionnel” et un zeste de “Facilitateur”, bien que cela soit souvent loin d’être sa tendance naturelle.

Le souriant patron
Ce dirigeant d’équipe est celui qui fait le tour des postes de travail tous les jours en serrant les mains et en disant un petit mot de sympathie à tous les membres de son équipe. Souvent concerné, il est le premier à s’enquérir d’éventuels soucis liés à la vie d’équipe. Sans jamais empiéter sur les aspects privés, il met naturellement en avant un bon relationnel au sein de son équipe.
Il use en priorité du style “conciliateur” pour huiler les rouages intra-équipe et entre son équipe et les autres parties prenantes, avec un bon usage du style “autoritaire”.

Avantage : Il obtient le meilleur de son équipe de par sa disponibilité et son écoute qui sont perçues comme un signe de respect, surtout quand il touche les employés les plus bas dans l’échelle hiérarchique.

Risque : La recherche de compromis à tout prix peut être usante car gourmande en temps et en énergie. De plus, si les résultats ne sont pas évidents et que la tendance à l’autoritarisme prend le dessus, le manager sera perçu comme un « faux-cul ».

Conseil : Dans sa recherche d’apaisement, le manager devra veiller à conserver une éthique à toute épreuve qui sera garante de son impartialité et aussi ; quand il est nécessaire ; ne pas hésiter à utiliser le style « Intimidateur » afin de mettre au pas un éventuel élément perturbateur.

L’amical leader
Très proche de son équipe, ce manager est souvent avant tout un bon camarade ou même un ami pour son équipe. Très à l’aise avec le bas de la hiérarchie, dont il prend généralement la défense auprès des dirigeants. Il est très impliqué personnellement et s’implique parfois dans les aspects privés de la vie des membres de son équipe quand il y a un impacte sur le bon déroulement du travail.
Son style de management prioritaire est celui de “Facilitateur” au sein et en dehors de son équipe mais il saura aussi utiliser le style “Promotionnel” afin d’impliquer son équipe dans la réussite du projet.

Avantage : Il obtiendra de bons résultats de par sa proximité d’avec son équipe qu’il protège et qui lui « renverra l’ascenseur » en s’impliquant à 100% dans leurs tâches. Particulièrement efficace lors de grands challenges imposés par la hiérarchie ou dans les moments de pression dû à une grosse activité.

Risque : La limite entre vie privée et vie professionnelle est très souvent dangereusement mise à mal ce qui peut se révéler catastrophique en cas de conflit au sein de l’équipe. De plus une trop grande proximité nuira aux prises de décisions difficiles.

Conseil : L’usage du style “Éthique” en toute circonstance sera fortement recommandé à ce manager afin de préserver son impartialité auprès de son équipe. Une bonne utilisation du styles “secretive” et “autoritaire” l’aideront à conserver une certaine distance nécessaire pour le leadership.

Le lointain big boss
Il est très peu en relation avec la base auprès de laquelle il apparait lointain et non concerné. Distant, sans toute fois être froid ; il passe souvent par des relais privilégiés afin de passer ses instructions.
Son style prioritaire sera le “secretive” avec une certaine dose d’autoritarisme. Il saura efficacement utiliser le style “judiciaire” dans le cas d’un manager très expérimenté.

Avantage : Une certaine distance favorable aux relations de travail lui fera obtenir de bons résultats. Le travail sera fait sans état d’âme et de façon pragmatique.

Risque : Il lui sera difficile d’obtenir un engagement totalement de son équipe, ou un dépassement nécessaire dans les périodes de pic d’activité ou de crise.

Conseil : Il lui faudra parfois porter l’habit du “Facilitateur” afin de se rapprocher un peu de son équipe à qui il pourra plus aisément demander une plus grande implication. Mettre l’accent sur le style “Promotionnel” sera aussi d’un grand secours pour motiver son équipe et lui en demander un peu plus.

La promotion canapé
Il est évidemment très difficile de manager une équipe quand elle considère ; à tord ou à raison ; que son manager doit sa position avant tout à des raisons extra-professionnelles. Il pourra cependant obtenir de bons résultats si sa compétence est indiscutable même si sa promotion le serait plus.
Très souvent confronté à un fonctionnement antagoniste entre l’autoritarisme pour s’imposer dans ses responsabilités et le style “Facilitateur” dans son désir de rester proche de l’équipe et de ne pas donner une image d’arriviste.

Avantage : A défaut du respect, ce dirigeant bénéficie de l’aura protectrice du responsable hiérarchique à qui il doit sa promotion, et donc d’une certaine autorité ou à défaut de la crainte de son équipe.

Risque : Le manque de crédibilité est le premier risque auquel le manager se verra confronté, et donc une contestation plus ou moins importante s’installera au sein de l’équipe. Surtout en cas d’usage abusif du style “Autoritaire” et “Intimidateur”.

Conseil : utiliser énormément le “Promotionnel” et développer au plus vite le style “Judiciaire” afin d’asseoir ses décisions sur des bases de réflexions solides et gagner ainsi en crédibilité.

Le jeune désordonné
Généralement jeune, ou simplement inexpérimenté ; ce manager aura fortement tendance à cumuler tous les excès du management, usant notamment trop souvent du style “Intimidateur” afin de faire passer ses messages.
Son éducation personnelle et son parcours de vie auront un impact très fort dans son style de management ; l’expérience ne lui ayant pas encore aidé à faire la part des choses. Il est donc très difficile de prévoir d’avance son fonctionnement.

Avantage : Pas encore formaté par des fonctionnements internes rigides, il a la possibilité d’apprendre et de mouler son style en fonction de son environnement de travail.

Risque : Perdre trop tôt sa “fraicheur” d’esprit et adopter de mauvaises habitudes de management.
A noter que bien souvent il est difficile de faire la différence entre le « jeune désordonné » et « le désespérant incompétent », tant leur fonctionnement semble similaire.

Conseil : Écouter, expérimenter tous les styles de management et apprendre de ses erreurs.

Le désespérant incompétent
Se trouver confronté à ce genre de manager ne peut que générer la réflexion suivante : "Pas d’chance !"

Avantage : Aucun

Risque : Énorme

Conseil : Fuyez si vous pouvez ou sinon, serrez les dents.

Voir en ligne : Management de projet

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 105840

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Tout le reste....   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License