Les seules limites sont celles que nous nous imposons

Accueil > Mes lectures > « Terre Pourpre » – le sang et le foot

Jet d’encre

« Terre Pourpre » – le sang et le foot

Tima OUAMBA

dimanche 5 avril 2015, par Doszen

« Niama-Niama regarda attentivement mon cou et mes oreilles nus. Je lui montrai instantanément mes mains dépourvues des bijoux que son regard recherchait. Sa déception disparut rapidement car il s’attarda un peu trop sur mon beau visage et ma poitrine qui gardait au chaud cinq bague en or. Son regard plein de convoitise me gêna et m’horrifia en même temps. Mon visage se ferma aussitôt et j’eus le courage d’affronter son regard. Je sentis de la gêne dans ses yeux, comme un voyeur surpris dans ses basses œuvres. Il ressortit honteusement la tête du véhicule et s’acharna sur monsieur Albert. »

Iris Tala, 24 ans, « fresh-to-death » et fraîche enseignante à la faculté de droite de Brazzaville, est l’orpheline battante et courageuse qui a pris sous son aile le destin de ses trois petits frère : Fikar, Zoé et Bambino, le benjamin. Et ce livre qui fait de Iris la narratrice principale, qui nous mets dans ses pas pour suivre les turpitudes que la vie va faire s’abattre sur la famille, ne parle en fait que de Bambino. L’aura de l’enfant footballeur, devenu star à travers toute la ville grâce au génie de ses passements de jambes, traverse tout ce livre.

Cependant, commençons par le commencement.

Bambino est le gamin star de foot en devenir de son quartier. Il écume les terrains vagues jusqu’à 10 kilomètres autour de chez lui, à la grande inquiétude de sa grande sœur, Tala, et de Zoé, le second. Son talent est tel qu’il suscite le respect et l’admiration de tous, même ls garçons les plus infréquentables, et ce la ne sera pas neutre.
Le drame est annoncé par une vieille dame, qui subi la méchanceté de quelques garnements, que Bambino et Zoé vont défendre. « Malheur, malheur. Tu souffres toujours de ton passé. L’avenir s’obscurcit encore pour toi mon enfant. Ton salut dépendra de ce passé. Vois-tu ce nuage sombre derrière toi ? ».
Là, un reproche à l’auteur. Quand on ira dans la suite de la lecture, on se rendra compte de l’inutilité de l’intervention de cette « sorcière ». Pourquoi introduire ce personnage si c’est pour ne quasiment pas l’exploiter ?
D’une façon général, les cinquante premières pages donnent l’impression que l’auteur, Tima Ouamba, a tâtonné dans le sens à donner à son récit avant de tourner son gouvernail à 45°.
En effet, la suite du récit oublie complètement Bambino pour se focaliser sur le parcours de Tala, et dans une moindre mesure, de Fikar. Ce parcours c’est des semaines de vicissitude que va vivre Tala au cœur d’une guerre civile qui va éclater.

« Soudain, des coups de feu à proximité provoquèrent un silence d’enterrement. Le regard des élèves naviguait de toutes parts, avant de rechercher un peu d’assurance dans celui de l’institutrice. Celle-ci cachait mal son angoisse, étant consciente de la tension qui régnait parmi les politiques de Brazza.
-  Ce n’est rien, certainement des pétards, se risquait-elle à expliquer.
Mais l’explosion d’un obus dans la cour et à proximité de la classe la contredit brutalement. Le souffle de l’explosion fit voler en éclats les fenêtres, faisant pénétrer dans la classe poussières et débris en tous genres. Ce fut la panique. »

La guerre éclate quand Bambino est au collège. Seuls Iris, Fikar et Zoe se retrouvent à la maison et décident de s’enfuir, comme toute la population des quartiers alentours, avec le 4x4 de leur voisin, les Albert. Fikar reste en arrière, pour « attendre le retour de Bambino ». C’est là que la famille se disloque, c’est là que commencent les malheurs de Iris. Entre enlèvement, tuerie, violence, tentative de viol… Iris va passer par toutes les situations les plus glauques que l’état de guerre rend possible. Elle n’aura qu’une obsession, qu’un but : retrouver Bambino, retrouver Fikar.

« Je fis rapidement un triste décompte en constatant que nous venions de perdre sept personnes en deux jours passés sur cette Île. Mais peu de temps après, le fils cadet de Yolande mourut des suites de ses blessures causées par les nguèmbos, vecteurs de nombreuses maladies. Je partageai la peine de Yolande ; elle s’enferma dans un mutisme total que je compris tout à fait. Ange, son mari, était obligé de se remuer pour s’occuper de sa famille. »

J’ai aimé cette lecture. Vraiment. Bien sûr la narration, l’écriture, souffrent parfois d’un certain manque de maîtrise – caractéristique du premier roman. Evidemment, il faudrait soulever les quelques approximations de style, des dialogues un peu « légers » parfois. Cependant il serait injuste de s’arrêter là car, de mon point de vu, dans ce livre, l’essentiel est fait : il accroche le lecteur.
Pris dans la lecture, on a envie de savoir ce qu’il adviendra de Iris Tala. On est charmé par ces enfants-guerriiers, enfants devenus tueurs à qui l’auteur n’a pas enlevé (toute) leur humanité. Tima Ouamba nous montre que des enfants restent enfant car, bien des fois, ce qui sauve Iris Tala, ce qui permet des « pause » dans la violence, dans la barbarie ; c’est le football. L’aura de Bambino, le footeux, est pour moi, dans ce livre, la superbe trouvaille de l’auteur, le « truc » qui nous permet de traverser les excès de sang en n’oubliant pas que les guerres font des hommes des animaux, mais que le sport, l’art, est une ancre à notre humanité.
Ces intrusions du football dans des intermèdes de paix pendant la guerre m’ont fait penser au film « Joyeux Noël » de Christian Carion et j’ai aimé cette idée de personnaliser l’humanité de ces enfants devenus bêtes sauvages - privés de droits de vote -, par le souvenir des parties de football d’un passé seulement bercé par les hourras des spectateurs.
Alors, bien sûr que le texte aurait – sans doute – mérité un peu plus d’élagage, que le premier tiers du livre posant le cadre de la suite est un peu longuet ; il n’en demeure pas moins que ce texte est un bon premier roman, qu’il nous pousse à ne pas oublier que les ambitions politiques d’une minorité fait des victimes dans la majorité du peuple qui ne demandait qu’à vivre. Il pourra également rappeler aux congolais que les guerres de 93 et 97 n’ont tué que la populace, quant l’élite politique, elle, savait les siens. La preuve, 20 ans après, les mêmes noms font le paysage politique du Congo Brazzaville.
A lire.


« Le silence de tante Léki m’écœura profondément, leurs murmures répétés dans le couloir obscur, les jours précédents, et leur fuite mettaient en lumière toute la fourberie qui les gangrenait depuis peu.
Je réalisai soudai que Fikar était sans doute décédé puisqu’il n’était pas venu nous chercher. Je levai les yeux vers le ciel et constatai à nouveau le nuage qui effrayait tant mon Bambi. Il n’avait pas fini de s’épaissir au moment où la file interminable – composée essentiellement de femmes, d’enfants et de vieillards – empruntait l’avenue de l’O.U.A qui menait vers le pont du Djoué et les montagnes qu’on apercevait au loin. C’était la même route qui conduisait aux villages de père et de mère en aval tandis que l’armée quadrillait en amont.
La panique gagna peu à peu la foule lorsqu’on entendit les premières détonations. Les réfugiées hâtèrent le pas en abandonnant sur le chemin tantôt des chaussures qui ne supportaient pas la difficulté de cette marche forcée, tantôt des pagnes ou des bagages devenus trop encombrants. Des cadavres jonchaient déjà cette avenue, résultats de la fusillade de la nuit précédente. »


Terre pourpre

Tima Ouamba

Edition Berbanz, 2007


Voir en ligne : Autre avis sur ce livre : Chez Gangoueus

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.